Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDimmu Borgir › For All Tid

Dimmu Borgir › For All Tid

cd | 9 titres | 43:13 min

  • 1 Det Nye Riket [04:59]
  • 2 Under Korpens Vinger [06:01]
  • 3 Over Bleknede Blåner Til Dommedag [04:09]
  • 4 Stien [02:03]
  • 5 Glittertind [05:16]
  • 6 For All Tid [05:52]
  • 7 Hunnerkongens Sorgsvarte Ferd Over Steppene [03:26]
  • 8 Raabjørn Speiler Draugheimens Skodde [05:05]
  • 9 Den Gjemte Sannhets Hersker [06:22]

titres bonus de la version nuclear blast | 2 titres

  • 1 Inn I Evighetens Mørke (Part 1) [05:25]
  • 2 Inn I Evighetens Mørke (Part 2) [02:09]

titres bonus de la version avalon online | 7 titres

  • 1 Inn I Evighetens Mørke (Part 1) [05:25]
  • 2 Inn I Evighetens Mørke (Part 2) [02:09]
  • 3 Spellbound (By the Devil) (Live) [04:08]
  • 4 Tormentor of Christian Souls (Live) [05:39]
  • 5 Master of Disharmony (Live) [06:05]
  • 6 Metal Heart (Accept Cover
  • 7 live) [04:27]

enregistrement

Enregistré au Stovner Rockefabrikk, de juillet à septembre 1994.

line up

Shagrath (batterie, backings, guitare sur "Glittertind", Silenoz (guitare, chant), Tjodalv (guitare, batterie sur "Glittertind", Brynjard Tristan (basse), Stian Aarstad (claviers, piano, samples)

Musiciens additionnels : Vicotnic (backings), Aldrahn (backings, chant principal sur "Over Bleknede Blåner Til Dommedag")

remarques

La première édition chez no colours (1994) avait une cover noire et blanc. Les éditions de 1997 de chez Nuclear Blast ont une cover en couleur, ainsi que 2 titres bonus. Une version japonaise existe avec 6 titres bonus.
La version vynile de Nuclear Blast a la cover en noir et blanc.
La version vynile de Back on Black a l'artwork en couleur.

chronique

Styles principaux
metal extrême
Styles secondaires
black metal
Styles personnels
black metal atmosphérique

Amusant de voir qu'un sujet comme "les chroniques cruellement absentes" existe, mais que de mémoire personne n'ait jamais réclamé la venue de ce "For all tid", premier album des Norvégiens de Dimmu Borgir. Et pourtant, ce groupe qui fait aujourd'hui tant polémique avait débuté sa carrière avec un black metal vraiment très personnel pour l'époque. "For all tid" n'est pourtant pas le premier coup d'essai d'un groupe qui a sorti en cette année 1994, pas moins de 4 démos et un album, prémices d'une carrière très prolifique. "For all tid", c'est avant tout le témoignage d'une époque où tout était encore à bâtir et où le black metal n'avait pas encore toutes les ramifications stylistiques qu'on lui connaît aujourd'hui. C'est ainsi que cet opus se positionne comme un des tous premiers albums de black metal atmosphérique où le clavier, et ici même le piano, ont une place prépondérante. 1993 et 1994 sont même des années charnières avec les arrivées de quelques uns des plus grands albums de black atmosphérique avec entre autres "dark medieval times" de Satyricon ou "in the nightside eclipse" d'Emperor et donc "for all tid". Celui-ci est totalement dans son époque, au point que le son ne peut que rappeler celui de "dark medieval times" avec des guitares très virulentes dans leur sonorité (je crois que je parlais de scie circulaire pour cet album). Néanmoins Dimmu Borgir se démarque d'ores et déjà de ses compatriotes par un aspect sans aucun doute plus accessible. Les rythmes sont bien souvent beaucoup plus tendres que chez Emperor, et l'utilisation des claviers et piano est encore plus marquée que pour Satyricon. A tel point d'ailleurs que sur un certain nombre de passages, ce sont eux qui prennent assez largement le dessus sur les guitares qui ne sont pourtant pas en reste quand il s'agit de nous délivrer de magnifiques mélodies (en clôture de "Den Gjemte Sannhets Hersker" par exemple). Ce mix est d'ailleurs à l'image de l'album dans son ensemble, assez inégal. Et je dirais même parfois totalement à l'image de l'intro qui se décompose en trois parties distinctes sans trop de rapport entre elles. Ainsi si tout cela débute par des sons "stellaires" assez ridicules à mon sens, on arrive rapidement à un passage atmosphérique plutôt sympathique avant que le piano n'impose sa classe absolue avec la voix de Silenoz par dessus le tout. Vocalement l'album s'appuie sur plusieurs personnes. Alors que Shagrath est encore le batteur du groupe, il ne se contente que de quelques backings ici et là. C'est Silenoz qui mène la danse sur tout l'album, rejoint par Aldrahn et Vicotnic de Dodheimsgard, le dernier étant même le chanteur principal sur "Over Bleknede Blåner Til Dommedag". Pour ajouter à la confusion du qui fait quoi, on a même droit sur "Glittertind" à Shagrath qui échange sa batterie avec la guitare d'un Tjodalv devenu batteur. On s'y perd, et si je vous décris tout ça ainsi, c'est justement parce que je trouve que c'est un peu à l'image instable de l'album, où on sent le groupe à la recherche de son style en s'essayant à plusieurs variantes de black atmosphérique. "Glittertind" se pose en titre assez rentre dedans par exemple, là où "for all tid" est clairement beaucoup plus ambiant dans l'âme, rythmes très lents, guitares claires, claviers omniprésents. Heureusement que de tout cela ressort surtout un sens du riff incroyable. Chaque titre a au minimum un ou deux riffs vraiment excellents et en général toujours appuyé par des rythmiques efficaces. Mais la naïveté se fait sentir, surtout en ce qui concerne les claviers qui ont tendance à sonner un peu cheap et à se mettre trop en avant, sans oublier quelques enchaînements parfois maladroits. A titre personnel, ce sont ces défauts qui font que j'adore cet album. Si je m'écoutais, j'irais lui mettre un 5/6 parce qu'il est à la fois symptomatique d'une époque, mais aussi assez symbolique pour moi. Il fait parti des 10 ou 20 premiers albums de black metal que j'ai acheté, et je peux vous dire que les magnifiques mélodies dont il regorge (bon sang mais l'ouverture de "Raabjørn Speiler Draugheimens Skodde" !!) m'ont très longtemps marquées. Je l'écoute encore aujourd'hui très régulièrement, parce qu'il est tout simplement assez différent de tout ce que le groupe pourra faire par la suite, même "stormblast". J'aime vraiment quand un groupe talentueux se cherche de cette manière et nous présente toutes ses facettes d'une manière aussi brute. Malgré tout on se contentera d'un 4/6 car je me répète, ce qui fait sa force à mes yeux et à mon coeur sont justement un certain nombre de ses faiblesses citées ci-dessus. Notons également que les éditions parues depuis 1997 présentent en bonus deux titres issus de leur première démo "Inn I Evighetens Mørke", chroniquée via la compilation "true kings of norway". (vendredi 2 mars 2012)

note       

ajoutez des tags sur : "For All Tid"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "For All Tid".

ajoutez une note sur : "For All Tid"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "For All Tid".

ajoutez un commentaire sur : "For All Tid"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "For All Tid".

zugal21 › lundi 30 décembre 2013 - 21:08  message privé !

Disqualifié et fourgué pour cause d'hétérogénéité et de structure bizarre. Racheté, parce que quand même, le early Dimmu, c'est le trve Dimmu.

Note donnée au disque :       
romano666 › samedi 10 mars 2012 - 00:47  message privé !

Je passe ici par hasard et que vois-je ? Le premier Dimmu enfin chroniqué !!! A l'époque où j'étais un grand fan j'aurais tué pour que Stéphane nous ponde cette chronique ! Ca fait plaisir pour la peine je me l'écoute tiens ;-)

Note donnée au disque :       
Richter › lundi 5 mars 2012 - 10:39  message privé !

Mon premier Dimmu Borgir. A la sortie de Puritanical, intrigué par les couleurs affreuses de cette sublime pochette, je décide de franchir le pas. Première écoute : c'est bien différent de PEM, c'est bien le même groupe ? Mais quelle ambiance même si parfois ça frise le kitch ou la naïveté. Mais au moins ça a une âme...

Note donnée au disque :       
Solvant › lundi 5 mars 2012 - 09:26  message privé !

Moi aussi je le trouve très inégal, depuis que je l'ai (merci Zug), je n'arrive toujours pas a le cerner. J'aurais aimé plus de cohérence mais l'essentiel est sauf puisqu' à chaque écoute je passe un bon moment.

Note donnée au disque :       
yog sothoth › vendredi 2 mars 2012 - 22:00  message privé !
avatar

Me suis jamais lassé du premier titre / intro, une merveille de kitsch crépusculaire adolescent jamais égalée. Le reste de l'album est par contre très inégal.