Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesHHey Colossus › Eurogrumble Vol. 1

Hey Colossus › Eurogrumble Vol. 1

cd | 8 titres | 00:00 min

  • 1 The Question [11:49]
  • 2 13 Millers Court [5:37]
  • 3 Shithouse [2:13]
  • 4 Pope Long Haul lll [5:01]
  • 5 Eurogrumble [6:58]
  • 6 Dredges [2:44]
  • 7 King Come [3:59]
  • 8 Wait Your Turn [11:28]

line up

Robert Davis (Guitare électrique, voix), Tim Farthing (Guitare électrique, voix), Jonathan Richards (Guitare électrique et acoustique), Joe Thompson (Basse), Leon Marks (Synthétiseur), Rhys Llewellyn (Batterie), Paul Sykes (Voix, effets), Duncan Brown (Effets additionnels), Valentina Magaletti (Vocaux additionnels)

remarques

L'album parait sous le nom Hey Colossus and the Van Halen Time Capsule

chronique

Styles principaux
ovni inclassable
hardcore
rock
Styles secondaires
sludge
psychédélique

Une bande de nerds gutsien, un improbable mélange entre Dariev Stands et moi-même, multiplié par neuf ; des prises de becs, des arguments, de la mauvaise foi, et pas mal de produits. Pas évident à imaginer hein ? Voyons voir, si je vous dis : Ground Zero, Harvey Milk, Samus ? Psychédélique, pachydermique ? Pornawak, un brin hystérique ? On y est. Hey Colossus, c’est facile, son nom l’indique, c’est kolossal. Je connais pas les débuts du groupes (pas mal d’albums déjà), mais celui-là je peux vous dire qu’il va faire plaisir à ceux qui bouffent du râtelier à plus savoir quoi en foutre. Habile mélange entre un sludge festif lourdingue et du bidouillage expérimental assez bancal ; des samples balancés n’importe comment, des sons et tritouillages sur des machines pourries faisant des grands sons amples et circulaires, des émissions satellites parasitées par des aurores boréales, des propulsions dans des petits kaléidoscope gris orange, des cascades filmées au ralenti ; habile mélange, disais-je, à la Guapo, mais en mieux – sans tout les attributs pompeux vaguement progressif du cadre administratif – ou alors du vieux Melvins joué sur des K7 sataniques passées à l’envers dans un grand magasin d’électroménager. C’est lourd et douloureux comme la vision d’un petit japonais arqué portant sur son dos une grosse machine à laver sur une côte à 20%, un cône au coin du bec. Transpiration, rougeur, brûlure dans la gorge, souffle court, géométrie concave. Gutsien, je vous dis. (vendredi 2 mars 2012)

note       

Dans le même esprit, saïmone vous recommande...

ajoutez des tags sur : "Eurogrumble Vol. 1"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Eurogrumble Vol. 1".

ajoutez une note sur : "Eurogrumble Vol. 1"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Eurogrumble Vol. 1".

ajoutez un commentaire sur : "Eurogrumble Vol. 1"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Eurogrumble Vol. 1".

allthatglitters › vendredi 2 mars 2012 - 16:43  message privé !

Leur meilleur avec RRR, mais toutes leurs plus petites sorties valent le coup d'oreille aussi. Un putain de groupe qui apporte un peu de frais dans cette merde subsonique.

Note donnée au disque :