Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSigillum S › Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs

Sigillum S › Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs

cd | 10 titres

  • 1 As The Snake Moves In Their Autopsies [5:56]
  • 2 R.A.W. Mindfuck [2:54]
  • 3 Keeping High On Spreadsheet Blood [3:56]
  • 4 Virtual TOKYO Isotopes Slaves [3:33]
  • 5 Microsex Succumbs To Allure Of Total Media [3:01]
  • 6 Inwrought Cenobite In Meatphonick Fast Forward [5:24]
  • 7 Hydraulick Brains From Tolemaick Torsion
  • 8 A Radiant Factory [6:49]
  • 9 Did You Deal With Worms? [3:01]
  • 10 Die Pest: Xenopsylla Cheopis/Canis Sydus Morbum Praenunciat/Pestis Manufacta/Jung Frau - Kinetics/Probe In The Sores Of Power [24:31]

line up

Eraldo Bernocchi, Paolo Bandera, Andrea Chiaravalli

remarques

Réédité en 1995 avec un artwork différent, dans le cadre de la box Malattia.

chronique

Styles principaux
ambient
indus
noise
Styles personnels
pandémie

Je m'appelle l'Idiot. Enfin, c'est comme ca que tout le monde m'appelle, parce que ca fait longtemps que je sais plus mon vrai nom. Et puis ca me va bien, l'Idiot. Le curé a dit que les idiots iront rejoindre le Seigneur plus rapidement que les autres. Pourtant, je suis le dernier à ne pas l'avoir rejoint. Père, mère, mes frères, les animaux – le Bon Dieu les a tous repris. Le Châtiment, qu'il a dit le curé. Il est mort, lui aussi, comme tous les autres au village. Ca venait du sol, des rats, de l'air, des Enfers, des incroyants. Des fièvres, des boutons, et puis ils sont tous devenus fous, malades, ont couru à l'église pour demander pardon au Bon Dieu. Mais le Bon Dieu les a tous repris. C'est parce qu'il nous aime qu'il nous a tous tués, sauf moi. Peut-être suis-je trop idiot pour qu'il m'aime, peut-être est-ce à cause de tous mes péchés, ou à cause de ce qui est arrivé au chat. En attendant, je suis encore ici, et je cours depuis des heures à la recherche du bout du monde. Peut-être qu'après le village suivant, ou la prochaine ville, il y aura la mer que mon oncle me décrivait – il disait, "va vers l'ouest". Mais depuis que j'y vais, vers l'ouest, je n'ai rencontré aucune mer. Des flots de mourants, oui, une vieille qui me courait après, des gens éparpillés dans les rues, dans les champs, et qui puaient, tant et tant que j'en ai vomi ; et puis j'ai vu des oiseaux noirs, immenses, qui ont tenté de m'attraper, qui voulaient m'aider comme ils m'ont dit – les envoyés du Diable, sans doute, venus râtisser les champs de morts pour les âmes des plus perdus que moi, des plus idiots que moi. J'ai couru, encore, dans ces flaques abominables, dans ces marécages, et sauté par dessus un certain nombre de piles de morts, ou presques morts – c'était tout comme. J'ai tenté d'ignorer ce grincement dans ma tête, comme des tambours au fond du crâne mélangé au bruit du forgeron frappant sa lame, j'ai fait semblant d'ignorer le Diable qui hurlait et riait dans ma tête, ou depuis les miasmes, peu importe – jusqu'à ce que la fatigue eût raison de mes pauvres jambes... mes jambes... les boutons, aussi, je les ai ! J'ai été bon, Seigneur Jésus, et tu vas aussi me reprendre... à moins que le Diable ne m'attrape avant ? Ooooh... que d'affreux sons dans ma tête... J'entends déjà l'écho des Enfers... je ne l'ai pas tué, ce chat ! Et puis, les chats portent malheur... maudits chats... maudis sois-je... Seigneur, Bon Dieu, Gentil Dieu, tu nous as tous massacrés, éclatés un par un comme les furoncles de ta propre jambe infestée, et voilà que tu nous abandonnes au Diable et à sa horde de serpents, ses cris infernaux, ses battements abominables ! Ne me laisse pas, Jésus, oh je t'en prie tant, pardonne-moi, lave-moi, sauve moi de ton père... que cela me gratte, c'est affreux, et plus je me gratte et plus je saigne... Mes genoux... mes genoux ! Et chasse donc cette fanfare cauchemardesque de mon pauvre crâne... oh Seigneur, je t'en supplie... La prière... "Père céleste je te remercie de m'avoir fait connaître la Vérité et de m'avoir révélé que Christ a porté mes maladies et mes faiblesses sur la Croix de Golgotha merci de m'avoir fait connaître que je n'avais pas besoin de les porter puisque Christ les a pris à ma place... Ma tête, oh, ma tête... Je Te remercie de ce que Tu me veux en bonne santé et fort car ainsi je peux Te glorifier et Te servir Dieu et Père Tout-Puissant je viens à Toi et je crois à Ta promesse: "JE SUIS L'ETERNEL QUI TE GUERIT" (lundi 2 janvier 2012)

note       

ajoutez des tags sur : "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs".

ajoutez une note sur : "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs".

ajoutez un commentaire sur : "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dispersion: Sliced Carrions And Pixel Handcuffs".

ericbaisons › mercredi 4 janvier 2012 - 01:00  message privé !

le Inwrough cenobite donne bien envie d'en entendre plus. Colère rentrée, sans doute plus intéressante que leurs premiers essais PE

cyberghost › lundi 2 janvier 2012 - 17:09  message privé !

Abominable, en effet

Note donnée au disque :       
Rendez-Moi › lundi 2 janvier 2012 - 14:51  message privé !

En ce moment vous enchainez tueries absolues et album à désirer.