Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesADaniel Ash › Coming down

Daniel Ash › Coming down

cd | 12 titres

  • 1 Blue moon
  • 2 Coming down fast
  • 3 Walk this way
  • 4 Closer to you
  • 5 Day tripper
  • 6 This love
  • 7 Blue angel
  • 8 Me and my shadow
  • 9 Candy darling
  • 10 Sweet little liar
  • 11 Not so fast
  • 12 Coming down

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

enregistrement

Blackwing Studios, Brunhildes Foot, Woodbine Studios, Londres, Angleterre; Far Heath, Northants, Angleterre

line up

Daniel Ash (chant, guitare, basse, clavier, saxophone, programmation)

Musiciens additionnels : Kevin Haskins (batterie, percussions, programmation, sampling), Natacha Atlas (chant féminin, clavier, basse), Robin Jones (percussions), Sylvan Richardson (basse), Leo Casey (violoncelle)

chronique

Styles principaux
pop

Si vous avez lu mes chroniques de Bauhaus, vous vous êtes peut-être fait la réflexion qu'il manquait un nom dans les divers projets affiliés, celui de Daniel Ash. Quoique...Que pourrait encore avoir notre homme à exprimer de différent après avoir joué et chanté dans Bauhaus, Love and rockets et Tone on tails ? Visiblement, cela ne lui suffisait pourtant pas puisqu'il a ressenti le besoin de travailler en solo (devinez qui est le batteur ? Kevin Haskins, bien joué !). Comment vous annoncer ça ? Premièrement, la pochette est trompeuse; ce n'est pas parce que Daniel pose le regarde ténébreux au milieu des chandelles que ce disque a quoi que ce soit de gothique...Mais est-ce une surprise ? Bien sûr que non, qui a un tant soit peu suivi sa carrière sait qu'il déteste prodigieusement être classé dans des catégories précises et encore plus avoir quoi que ce soit à faire avec le milieu goth. Ce premier essai est cool, très très (trop) cool, comme une sorte de récréation où se permettre tout ce que Love and Rockets interdit...Le reggae par exemple sur 'Walk this way', les tentations crooner soft ('Closer to you'), bossa nova ('Walk this way')...Quelques éléments basiques emprunté à une forme de pop bluesy travaillés pour sonner simplement, tranquillement...Franchement pas de quoi fouetter un chat, surtout que niveau paroles, c'est d'une banalité à pleurer. Reste ce chant, sensuel et particulier, un tantinet énervant car pompant ses propres gimmicks, ceux-là mêmes que l'on trouve chez Love and Rockets, mais pas totalement inintéressant non plus, notamment sur la pop psychédélique de 'This love', un 'Me and my shadow' au parfum jazzy nocturne et surtout sur le mélancolique 'Candy darling' et un 'Sweet liar' étrangement atmosphérique, le titre le plus obscur du disque de par sa sensualité trouble tranchée ponctuellement par des grincements de guitare, ou encore dans la mollesse paresseuse du 'Coming down' final. C'est dire s'il faut serrer les dents et passer les cinq premiers morceaux pour commencer à trouver quelque chose d'intéressant et de profond où le musicien se livre enfin, sans fioriture...Encore que...Le défaut de Daniel Ash reste ce masque entre lui et l'auditeur qu'il se refuse à tomber totalement, ce qui n'empêche pas un certain charme d'opérer. Voilà un disque parfait à s'écouter en pleine nuit, quelque chose de dépouillé, d'apaisant mais également d'un peu triste; globalement, l'un des meilleurs essais solo de Daniel Ash, ici accompagné, outre le fidèle Kevin Haskins, de Natacha Atlas au chant et au clavier... (mercredi 15 juin 2011)

note       

ajoutez des tags sur : "Coming down"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Coming down".

ajoutez une note sur : "Coming down"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Coming down".

ajoutez un commentaire sur : "Coming down"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Coming down".

Scissor Man › dimanche 9 septembre 2012 - 17:47  message privé !

Pas écouté depuis longtemps… histoire de me rafraichir. ça vaut 3 boules pour Candy darling, Little sweet Liar (cool mais un peu maniéré) et surtout Coming down pour ses arpèges gentiment goth. Pas assez glacial pour faire baisser la température.