Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDimmu Borgir › In Sorte Diaboli

Dimmu Borgir › In Sorte Diaboli

  • 2007 - Nuclear blast, NUCLEAR BLAST 27361 18620 (2 cd digipack)

cd | 10 titres | 48:37 min

  • 1 The Serpentine Offering [05:09]
  • 2 The Chosen Legacy [04:17]
  • 3 The Conspiracy Unfolds [05:24]
  • 4 The Ancestral Fever [05:51]
  • 5 The Sacrilegious Scorn [03:58]
  • 6 The Fallen Arises [02:59]
  • 7 The Sinister Awakening [05:09]
  • 8 The Fundamental Alienation [05:17]
  • 9 The Invaluable Darkness [04:44]
  • 10 The Foreshadowing Furnace [05:49]

enregistrement

Enregistré entre octobre et décembre 2006.

line up

Shagrath (chant), Erkekjetter Silenoz (guitare), Galder (guitare), Vortex (basse et chant clair), Mustis (claviers), Hellhammer (batterie)

remarques

L'édition chroniquée ici est la version limitée européenne de l'album. Le titre Ancestral Fever est le bonus de cette édition, accompagnée d'un DVD. L'édition limitée américaine a un autre titre bonus "The Heretic Hammer" et la version japonnaise le titre "Black Metal (Venom Cover)".

chronique

Styles principaux
metal extrême
Styles secondaires
black metal
Styles personnels
black metal symphonique

Soyons honnête, Dimmu Borgir est un groupe avec lequel, d'une certaine manière, j'ai toujours eu du mal. Dans la forme, je trouve ce groupe bon : ils proposent une musique travaillée, la jouent plutôt bien et savent se montrer efficaces sur scène. En revanche le fond me gêne beaucoup plus avec cette volonté de vendre au maximum et de plaire au plus grand nombre en intégrant un certain nombre d'éléments un peu (très ?) racoleurs. "In Sorte Diaboli" est le 7° album des Norvégiens qui, aujourd'hui plus que jamais, sont devenus une véritable machine à vendre des millions d'albums. En fait, Dimmu Borgir a trouvé la clé pour composer un black metal easy listening, apte à plaire à un grand nombre, même (surtout !) au delà du microcosme du black metal. Le problème avec ça, c'est que finalement, les schémas de composition sont souvent un peu les mêmes. Des passages grandiloquents avec des claviers aériens, du riff tantôt agressifs sur une rythmique rapide, tantôt plus lourd sur des ralentissements pour se mettre à headbanguer, le chant clair qui débarque quand on s'y attend, sans oublier des passages plus heavy. Le tout est évidement enveloppé dans une production impeccable. On prend ces éléments, on les mélange dans le désordre et on a le morceau type de Dimmu Borgir depuis au moins quatre albums. Je trouve ça satisfaisant, mais pas forcément transcendant. Aucune prise de risque, aucune surprise, aucun écart par rapport à ce qu'on attend d'eux. Au fil des albums, on a l'impression d'une vraie standardisation de leur approche musicale. Pourtant, "In Sorte Diaboli" se voulait (parait-il) être un concept album autour du christianisme au moyen-âge. Si on s'en aperçoit avec le packaging (plutôt bien foutu d'ailleurs), la musique ne transmet pas du tout cette impression, s'enfermant encore une fois dans les habitudes acquises. En cela, c'est un vrai raté. Où sont les éléments musicaux qui sont censés apporter au concept de l'album cette touche originale et... conceptuelle ? Nul part malheureusement. Alors oui, quelques titres sont sympathiques (mais pas plus). "The Serpentshrine Offering", bien que représentant typiquement le cliché musical Dimmu Borgien est plaisant à écouter. L'ouverture du second titre nous ramène à plus de violence et m'emballe déjà plus, mais ce n'est que pour mieux retomber dans la facilité ensuite. Au final, à part un riff notable ici et là, les titres s'enchaînent sans se démarquer et passent tous, sans exception, très loin de ce qu'ils auraient dû être pour constituer un concept album. (mardi 19 janvier 2010)

note       

ajoutez des tags sur : "In Sorte Diaboli"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "In Sorte Diaboli".

ajoutez une note sur : "In Sorte Diaboli"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Sorte Diaboli".

ajoutez un commentaire sur : "In Sorte Diaboli"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Sorte Diaboli".

zugal21 › mercredi 27 novembre 2013 - 07:58  message privé !

acheté. écouté. refilé. train-train, ronron, sans âme.

Note donnée au disque :       
enslaver_666 › mercredi 20 octobre 2010 - 19:38  message privé !

Au moment de sa sortie, je l’avais vite oublié sur les tablettes. « In Sorte Diabolis » est assez mal perçu. On lui reproche effectivement d’être trop calibré pour aller chercher un large éventail de fans. Pourtant, je trouve que « PEM » et « DCA » le sont beaucoup plus. Ici, j’entends un retour à l’énergie et l’agressivité brute du black métal, de même que des sonorités plus old school. La production reste forte mais est moins béton et gonflée que sur les deux prédécesseurs. Dimmu maintient son statut de superband avec la venue temporaire de Hellhammer qui ne surpasse toutefois pas Baker à mon avis. Il est évident que Galder prend une place importante dans la composition. Nombreux sont les passages que l’on aurait pu entendre sur un album d’OMC. Les claviers se font plus secondaires et ne sont là que pour enrichir certains moments. Vortex se fait entendre qu’une ou deux fois sur l’album en plus de sa basse inaudible dans la production. L’emphase est vraiment sur le trio Shagrath-Silenoz-Galder. Est-ce si étonnant qu’ils sont aujourd’hui les trois uniques membres officiels restants ? N’empêche que nous avons là un album qui frappe fort, avec quelques uns des riffs les plus efficaces que le groupe ait offert. Aucun titre ne ressort vraiment du lot, à part "The Serpentine Offering", mais l’efficacité est là. J’avoue que l’album s’essouffle dans sa 2e partie et c’est ce qui m’empêche de lui donner un 5. N’en demeure pas moins que je le préfère plus qu’à « DCA ». 4,5 sur 6

Darkstar Seven › samedi 2 octobre 2010 - 00:58  message privé !
avatar

J'ai fait la chro du dernier au brouillon, je vais essayer de la mettre dimanche par exemple. (Preums' quoi ^^)

Stéphane › vendredi 1 octobre 2010 - 23:40  message privé !
avatar

Le plus marrant étant le cas de Snowy Shaw qui a quitté le groupe le lendemain de l'annonce de son intégration.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 1 octobre 2010 - 20:55  message privé !

C'est moi ou c'est l'hécatombe ? Sur un promo shoot récent ils sont plus que trois