Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMonolake › Momentum

Monolake › Momentum

cd | 9 titres

  • 1 Cern [6:40]
  • 2 Linear [6:04]
  • 3 Atomium [7:33]
  • 4 White_II [9:27]
  • 5 Tetris [7:40]
  • 6 Excentric [6:21]
  • 7 Reminiscence [9:00]
  • 8 Stratosphere (Edit) [8:57]
  • 9 Credit [7:29]

line up

Gerhard Behles, Robert Henke

remarques

Composé principalement à l'aide d'Ableton Live, logiciel concu et réalisé par les musiciens eux-mêmes...

chronique

Styles principaux
ovni inclassable
techno
Styles personnels
avant garde

L'effet Tri Repetae, celui qui pétrifie dès la première seconde. Le champ sonore exponentiel, qui dévale et engloutit tout sur son passage, aplatissant le monde réel comme un fleuve d'azote liquide sortant de son lit et inondant la surface sensible. Arrivent les impacts. Les ricochets... Gauche, droite, haut, bas. 'underBOAC', sur LP5, version longue et épique. Trente secondes à peine et l'auditeur est déjà réduit au silence, noyé dans ces espaces électroacoustiques, cette immensité virtuelle, à la poursuite d'une balle rebondissante dont les mouvements rythment le morceau comme dans un flipper cosmique. Les structures vivent, s'agencent et se cadencent sans jamais perdre de vue l'humain qui leur court après, hypnotisé par les scintillements des sons, la gamme de nuance chromatique inédite et l'idée de cette poursuite du Temps, de l'évolution des choses et du cycle des changements. On écoute la musique d'une météo digitale comme un field recording de Chris Watson au coeur de la matrice ; on vit la construction et le démantèlement des formes dans un univers éthéré où toutes les matières sont évoquées avec des timbres encores jamais entendus. Puis vient 'Tetris'. Pas le jeu, grands dieux ; mais le cinquième titre : vous souvenez-vous de 'Surripere', lui aussi en cinquième position sur Draft 7:30 ? Voici venu son double astral, sorti étrangement la même année ; il parle des mêmes fluides, il convoque la même résonance inharmonique, déploie le même espace mental en abyme ; noir comme un puits sans fond et indispensable comme un bain de minuit. Le bain au plus profond de soi, quand la singularité rejoint l'infinité ; et en sur-écoute, le réseau synaptique qui poursuit son oeuvre dans les coulisses de la conscience. Le mysticisme des confins, la Vie en charpente et les courants électrodynamiques en guise de météo, jusqu'au bout. Je m'emballe et m'en excuse pour ceux que cela gêne, mais je ne saurais être autre face à de telles expériences, à chacun son vécu et d'autres chroniques existent sur le net pour ceux qui veulent un autre son de cloche. Passons. Retour à l'esthétique intense sur la seconde partie du disque, avec même quelques réminiscences de leur son minimal-house sur le bien nommé 'Reminiscence' tout en conservant la norme de qualité propre au groupe et en y injectant cette nouvelle salve de proto-IDM perturbant quelque peu la ligne droite des titres, obligés de muter lentement mais distinctement pour conserver leur orientation. Le dernier titre, totalement dépouillé, laisse l'auditeur dans un vide astral ineffable, entre une chute d'Aphex Twin sur ses travaux ambient et un grondement Lustmordien encore plus ample et profond. Monolake a réussi à transcender son étiquette techno minimale et 'Momentum' reste et restera leur chef d'oeuvre unique, leur diamant hors catégorie, à ranger dans sa petite bibliothèque sacrée pour ceux qui comme moi n'ont jamais cru retrouver d'intensité de Confield quelque part dans l'univers. (vendredi 9 octobre 2009)

note       

Dans le même esprit, Wotzenknecht vous recommande...

ajoutez des tags sur : "Momentum"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Momentum".

ajoutez une note sur : "Momentum"

Note moyenne :        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Momentum".

ajoutez un commentaire sur : "Momentum"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Momentum".

Seijitsu › jeudi 30 janvier 2014 - 23:28  message privé !

Il y en a d'autres des albums techno similaires à celui-ci ? Dans le genre dubby, dansant, cybernétique et froid. Un peu comme les pistes 6 à 8 pour donner une idée.

Note donnée au disque :       
Seijitsu › lundi 24 juin 2013 - 21:55  message privé !

Welcome to the machine.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › vendredi 23 septembre 2011 - 23:23  message privé !

c'est vrai que ca a vraiment quelque chose à voir avec autechre, ca m'a frappé dès le premier morceau. des rythmes hypnotiques et un côté froid/sombre fascinant.. je pourrais dire la même chose de confield. et puis on sent cette obsession des rythmes, exellent. mais pas parfait pour ma part, la forme a plus de consistance que le fond et les morceaux ont un côté statique.

Note donnée au disque :       
Damodafoca › mercredi 5 janvier 2011 - 22:41  message privé !

A priori 6€.

Sirius › mardi 4 janvier 2011 - 17:01  message privé !

J'ai aperçu Fragile/Static en vinyl à 6€, quelqu'un sait-il ce que ça vaut ?