Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPhrozenlight › Mindstorm

Phrozenlight › Mindstorm

cd | 2 titres | 76:22 min

  • 1 1 Dawnwind 29:21
  • 2 2 Shifting Sand 47:02

line up

Bert Hülshoff : Synth1.07 et Séquenceur Computer Buzz & Buzz FX

remarques

Pour en savoir plus sur Phrozenlight et entendre des échantillons sonores, visitez son site web; http://www.phrozenlight.nl/

chronique

Mindstorm est sans doute l’album qui se rapproche le plus d’une des inspirations de Bert ‘’Phrozenlight’’ Hulshof; Klaus Schulze. Dès ses premières ondes cosmiques, Dawnwind nous aspire par le ressac de ses vagues spatiales. Une intro qui flotte sur un synthé dérapant, rappelant l’univers caustique des premières œuvres de Schulze. Doucement le mouvement hypnotise par la sérénité des strates enveloppantes, d’où s’échappent les premières séquences tambourinées qui sont amorties par l’opacité des strates moulantes. Une superbe intro qui devient plus clair et plus musical dans un univers analogue, aux réverbérations lourdes et aux boucles synthétisées éparses. Vers la 12ième minute, les percussions deviennent plus rythmées sur une structure plus animée. Ceinturé d’un beau mellotron dense et déviant, le rythme devient plus pesant avec une forte ligne de basse qui martèle Dawnwind d’accords réverbérants, poussant le titre dans un lourd crescendo Redshiftien. Des rythmes lourds et infernaux qui grugent constamment Dawnwind, jusqu’à une finale plus tranquille aux brèves atonies spatiales et s’endort doucement jusqu’aux poussières intersidérales. Chaque album de Phrozenlight cache son titre épique de plus ou moins 50 minutes. Shifting Sand est la règle de Minstorm. Un titre tout aussi séquencé, mais moins lourd, que Dawnwind qui baigne dans une atmosphère analogue truffée de strates ondulantes, ondoyantes et enveloppantes. Du beau Berlin School aromatisé de strates Schulziennes qui embrasse un long passage atonal vers la 22ième minute. Un passage à vide où les vapes brumeuses se dispersent, dévoilant une séquence nerveuse qui galope légèrement sur des strates caustiques déviantes, dans un univers à la Blackdance. Un univers sonore incertain où l’atonal flirte avec des sonorités ambiantes lourdes, préparant le rempart à un mouvement séquentiel impétueux qui soulève les poussières laissées derrière les séquences houleuses de Dawnwind. À date, Mindstrom est mon œuvre préférée de Phrozenlight. Le synthésiste Hollandais sort de son style ambiant et spatial pour offrir une texture musicale pesante et pleine de rythmes qui permutent avec lourdeur, entre les sinuosités métallisées des débuts de Schulze, jusqu’à la puissance séquentielle de Redshift. Un très bon album, avec des longueurs qui pourraient agacer quelques auditeurs. Mais des longueurs qui sont de belles mises en scène à une musique aux lourds rebondissements. (samedi 5 septembre 2009)

note       

ajoutez des tags sur : "Mindstorm"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mindstorm".

ajoutez une note sur : "Mindstorm"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mindstorm".

ajoutez un commentaire sur : "Mindstorm"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mindstorm".