Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSShut Up › Hell in a Handbasket

Shut Up › Hell in a Handbasket

cd | 11 titres | 38:42 min

  • 1 Intro [1:09]
  • 2 All alone [4:30]
  • 3 Depressions [1:58]
  • 4 Thalidomide [3:40]
  • 5 Stiff birds [1:22]
  • 6 Every [1:39]
  • 7 Pass from view [4:04]
  • 8 Hey Joe [5:12]
  • 9 Looking at dogs [2:34]
  • 10 Fear of sounding pretty [11:51]
  • 11 Outro [0:43]

enregistrement

États-Unis, 1985

line up

Robin Amos (chant, synthétiseur), Gilda Brasch (synthétiseur), Glenn Jones (guitare), Gene Thompson (batterie)

chronique

Styles principaux
gothique
pop
rock

"Hell in a Handbasket" est un album atypique à plus d'un titre. Finalement, le seul reproche qu'on serait en droit de lui formuler, c'est son côté anachronique. Paru dans la deuxième moitié des années quatre-vingt, son esthétique, son approche, sa production, tout concourt à en faire un produit bâtard de la fin des années soixante-dix. Publié dix ans plus tôt, on aurait dit des américains de Shut Up qu'ils sont des précurseurs. Ou de pâles copieurs si on les met en concurrence avec Devo et Pere Ubu. Mais dans un cas comme dans l'autre, ce disque semblait être destiné à croupir dans l'anonymat le plus complet. Aujourd'hui, on peut redécouvrir ce disque sans à priori, sans tentative déplacée de le rattacher à tel ou tel courant, juste pour l'étrange plaisir qu'il procure. Car les Shut Up cultivent un réel goût pour le bizarre. Au-delà de la pochette énigmatique comme sortie d'un autre âge, un rapide coup d'oeil à la première liste des titres donne le ton : "All alone", "Depressions" ... Ça sent la joie de vivre à plein nez, ambiance et cotillons ! Une plage a même été intitulée "Thalidomide", du nom de ce fameux médicament prescrit aux femmes enceintes durant les années soixante qui donnèrent naissance à une armée d'enfants démembrés. Le son général tend vers le compromis entre la froideur plastique de Bauhaus et la nervosité contenue de Wire. Batteries électroniques et claviers dominent le débat sur des marches funèbres d'outre-espace ("Intro" et "Outro") ou pour des solos façon viseuse/déviseuse. Pas de place au démonstratif. D'ailleurs Shut Up n'a rien à démontrer ; c'est bien pour cela qu'il s'en prend sans scrupules au classique de Hendrix, "Hey Joe", tout simplement méconnaissable. Le chant, lui, est une complainte déchirée qui se prend rarement au sérieux ("Stiff Birds"), pas loin en effet de la d-évolution. Enfin, "Pass from View" et "Fear of Sounding Pretty" parachèvent le tableau de cet autre "voyage sentimental" dans un décor post-apocalyptique fait d'improvisations abstraites. (samedi 13 juin 2009)

note       

ajoutez des tags sur : "Hell in a Handbasket"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hell in a Handbasket".

ajoutez une note sur : "Hell in a Handbasket"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hell in a Handbasket".

ajoutez un commentaire sur : "Hell in a Handbasket"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hell in a Handbasket".

Twilight › lundi 12 septembre 2011 - 00:22  message privé !
avatar

Plutôt sympa à première écoute (merci You tube) mais je suis assez d'accord avec la chro...Ils sont justes arrivés un peu trop tard comparés aux pionniers du genre.

empreznor › vendredi 24 juillet 2009 - 17:40  message privé !

trop court

Note donnée au disque :       
Damodafoca › mercredi 17 juin 2009 - 23:48  message privé !

Mais c'est pas dégueu du tout ça!!

dariev stands › lundi 15 juin 2009 - 14:55  message privé !
avatar

ma curiosité est piquée, c'est malin

Twilight › dimanche 14 juin 2009 - 15:24  message privé !
avatar

Merci pour le tuyau, Solvant :0)