Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPadded Cell › Night must fall

Padded Cell › Night must fall

12 titres - 51 :29 min

  • 1/ Moon Menace Part II (2:11)
  • 2/ Savage Skulls (4:35)
  • 3/ Faces Of The Forest (Edit) (4:23)
  • 4/ Word Of Mouth (3:45)
  • 5/ My Children Sleep Next To The Echo Chamber (5:34)
  • 6/ Night Must Fall (1:39)
  • 7/ City Of Lies (3:20)
  • 8/ Triple X Syndrome (5:13)
  • 9/ Konkorde Lafayette (Edit) (5:05)
  • 10/ Far Beneath London (5:25)
  • 11/ Beautiful Gloom (4:31)
  • 12/ Are You Anywhere? (Edit) (5:52)

enregistrement

Produit et enregistré par Neil Higgins , Richard Sen, à the padded cell, Londres, 2007. - Masterisé à the Exchange

line up

Neil Higgins , Richard Sen, The Giallos Flame (guitares, synthés sur 1, 6 et 11), Jakedeadbody (basse), Grievo Believo (guitare), Damian Hand (saxophone), Chloé Raunet (chant, compos pistes 4 et8), Dennis Young (percussions, marimbas), The Diphanoids (claviers, arrangements de cordes), Rory Carlie (basse), Matt Smooth (percussions), Melanie 'the junkyard angel' Destri (backing vocals), Chris baker (claviers), nick avint (basse), Andrea Bellentani & Marco Maccari(compo pistes 2 et 10)

remarques

Artwork par La Boca, photos par Nuno Costa

chronique

Styles principaux
electro
Styles personnels
electro / disco / classieux

[voix de Pierre Bellmare] Amis de la frousse et des frissons, bonsoir. Aujourd’hui, on va un peu mélanger le télé-shopping et les histoires vraies. DC Records, label hautement fine gueule, vous propose aujourd’hui le premier épisode de sa série "Gulo veut ce disque, en vynile s’il vous plaît". Je ne sais pas si y’en aura d’autres, ça dépendra si vous êtes sages, ce qui rend ce Night Must Fall d’autant plus précieux… Premier choc : la pochette. Hommage, tout comme la musique, aux films dit Giallos des 70’s, film d’horreur typiquement Italien saupoudré d’érotisme et de mauvais goût. C’est… inimaginablement beau, je sais. Ça sent la transpiration cette affaire… ça sent les eighties suantes et trébuchantes ! Dès Savage Skulls, on hallucine devant la mise en place et la coolitude du propos. Night Must Fall est un album outrageusement simple, un album dandy, veste noire doublée en vison et tout le toutim… Mais pourtant, ça marche. Cette musique toute d’esbroufe et de sape (la vraie, la dark, la décadente, pas celle de la jet-set à la mord moi le nœud) ne cherche même pas à cacher ses ficelles, qui ne sont autres que des bons vieux cables de plateau de tournage, mais c’est justement ce qu’on aime chez elle : Padded Cell joue carte sur table, tout en la ramenant avec ses midtempos 100% disco impertinents au pays du bon goût. Décrire le style ? Ma foi, c’est une electro à la fois froide et décomplexée, dotée d’une basse noire et lugubre qui lui colle au basques, mais jamais sans son cortège de sonorités chaudes et organiques… Les architectures de synthés baroques de Konkorde Lafayette et Fare Beneath London, par exemple. Saxophone en délire (En mode Stoogien sur Faces of the forest) et vocoders poussés au maximum sont les ingrédients favoris de ces deux anglais pour injecter une bonne dose de stress nocturne à leurs compos… A force de se rouler dans le faux sang et de griller sous les spots de clubs mal famés, ils finissent par ressembler pour de bon à des noirs sur Beautiful Gloom, qui du disco passe au funk, chatouillant nos pieds à l’aide de ces wah-wahs improbables. Et puis il y a Word Of Mouth, le single chanté par Chloé Battant, qu’on croirait tout droit sorti d’un maxi post-punk des années 79-82 tant cette ligne de basse et cette voix impassible exsudent une classe d’un autre age. C’est régulier, bourré de gimmicks tubesques, et ça va tourner encore longtemps sur les platines des DJ, croyez-moi. Tout l’album oscille délicieusement entre cette fameuse basse ultra monotone (elle ne change pas d’un quart de poil sur 51 minutes !), assurant le côté post-punk et dansant du truc, et ces ambiances cinématographiques chargées de phéromones, comme ce City of Lies torride. L’essoufflement du disque sur la fin lui coûte un point, mais qu’à cela ne tienne : ruez vous sur ce truc avant qu’il y’en ai plus ! (jeudi 26 février 2009)

note       

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

ajoutez des tags sur : "Night must fall"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Night must fall".

ajoutez une note sur : "Night must fall"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Night must fall".

ajoutez un commentaire sur : "Night must fall"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Night must fall".

born to gulo › samedi 28 février 2009 - 12:06  message privé !

déjà tenté, c'est niet