Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSWolfram Der Spyra › High Phidelity

Wolfram Der Spyra › High Phidelity

10 titres - 155:36 min

  • CD 1 (75:48)
  • 1 Zzyxxsties 16:23
  • 2 Duplex 20:35
  • 3 Xylophane 14:05
  • 4 Drum 'N' Melody 13:53
  • 5 Last Train To Philadelphia 10:51 (Composé par Vic Rek)
  • CD 2 (79:48)
  • 1 Starsent Introduction 8:46
  • 2 Kingnewdrum 15:40
  • 3 Aerial (Long Distance Reception) 24:20
  • 4 Phuture Of The Past 14:50
  • 5 Gilgamesh 16:12

enregistrement

Enregistré en concert en différentes locations: The Gatherings & Star's End Radio in Philadelphia USA March 2007, E-Day in Netherlands May 2006 & Hampshire Jam UK November 2005.

line up

Spyra: Roland ID 800, Clavia North Lead,yamahaVL 70, Korg Legacy Collection et autres logiciels musicaux

remarques

Pour en savoir plus sur Spyra et les prosuits Ricochet Dream, visitez les sites suivants: http://www.derspyra.de/frameset/spyra_set1.htm et http://www.ricochetdream.com

chronique

High Phidelity est un superbe voyage au travers les différents styles musicaux qui habitent le synthésiste Allemand le plus méconnu Wolfram Der Spyra. Une remarquable anthologie, de l’excellent label Américain Ricochet Gathering, qui s’étend sur 2 années de concert que Spyra a donné aux USA et dans différents festivals en Europe. Plus de 2 heures de musique où nous suivons un artiste libre de toutes contraintes artistiques, qui explore les différentes sonorités d’une musique électronique de Berlin School, ambiante et abstraite avec une panoplie d’effets sonores hallucinants, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Zzyxxsties ouvre avec de belles ondes synthétiques qui initient un univers de mélancolie. Lentement, le synthé libère des arpèges qui fourmillent d’une vie parallèle aux gros éclats synthétiques graves et menaçants. Le monde sonore de Spyra se déploie tranquillement sur des accords sautillants et des pulsations qui grugent le pouls. Ce qui n’était qu’une intro cosmique et flottante devient une longue procession rythmique où l’hypnotisme d’un Berlin School langoureux évolue par mouvements séquentiels nourris de superbes et doux solos d’un synthé d’un synthé lyrique et moulant. Le mouvement traverse une brève période de sérénité, avant de reprendre un tempo plus marqué sur un synthé aux strates multipliées, par un superbe effet mellotronné. Nous sommes très près du territoire de Klaus Schulze. Duplex continue cette évolution avec un rythme plus lourd et des percussions aux frappes éclatantes. Le synthé dégage de belles couches enveloppantes qui fractionnent de superbes solos mielleux. Le tempo devient plus alerte avec une percussion martelante sur une séquence basse et nerveuse. Tranquillement Spyra nous conduit vers un passage où les percussions et effets sonores font dans une voltige psychédélico-atmosphérique ahurissante. Un court entracte avant que le tempo modifie subtilement son niveau pour devenir plus lourd, toujours noyé de somptueux solos. Xylophane est une douce mélodie cosmique où les notes d’un xylophone encerclent une ambiance futuriste entre Vangelis et Angst de Klaus Schulze. Un superbe morceau empreint d’une étrange douceur qui coule avec nostalgie et la grisaille de l’âme. Plus nous avançons, plus nous pénétrons l’univers éclectique de Spyra. Drum’N’Melody démarre sur un beau ballant sensuel où de belles strates enveloppent une basse moulante qui devient plus lourde, plus mordante. Les percussions roulent un tempo plus frénétique, alors que le synthé se métamorphose en flûte arabe. Ce langoureux mouvement, à la sensualité des charmeurs de serpents, traverse des phases de résonances sphériques où voix, percussions et striures de synthé se chamaillent un tempo fragile. Last Train To Philadelphia présente une intro aux pulsations compulsives qui s’entrechoquent dans un duel sonore frénétique. Le tempo devient plus modéré avec de beaux passages ambivalents qui tanguent entre de douces atmosphères sensuelles et des passages plus agités. Le 2ième cd débute avec un Starsent Introduction très ambiant où de belles strates isolées baignent dans une atmosphère lourde. Kingnewdrum nous entraîne sur une voie toute aussi ambiante, mais teintée d’un romantisme mélodieux. Des accords de guitare et de piano flottent dans un monde futuriste bondé d’échantillonnages vocaux, donnant ainsi l’impression d’être dans un club de lounge jazz. Sur une douce et sensuelle évolution, le mouvement éclate de vie avec de bonnes percussions et de lourds riffs aux réverbérations houleuses. Mêlant ambiant aux atmosphères lourdes à une musique plus expérimentale, Spyra maintient un intérêt continuel avec un jeu créatif de percussions et un synthé aux élans de saxophone digne d’une session de ‘’free jazz’’ qui s’étend au delà des frontières d’un Aerial exceptionnel. Phuture Of The Past nous ramène aux racines d’un Berlin School avec de belles séquences sinueuses et un synthé lyrique. Avec Gilgamesh, le synthésiste Allemand démontre sa maîtrise des sonorités éclectiques. Même en concert, Spyra multiplie les effets sonores des plus étranges sur une cadence de ‘’Break dancing’’ aux percussions disparates. Cette cacophonie fait place à une douceur harmonisée, où les souffles d’une démesure parallèle gruge un synthé qui se berce de nostalgie dans un univers caustique. High Phidelity est tout simplement sublime. Une oeuvre complète qui couvre toute les facettes d’une musique électronique, témoignant d’une créativité innovatrice d’un musicien qui pousse sa réflexion artistique bien au-delà des standards établis. Un top 10 en 2007. (jeudi 24 janvier 2008)

note       

ajoutez des tags sur : "High Phidelity"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "High Phidelity".

ajoutez une note sur : "High Phidelity"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "High Phidelity".

ajoutez un commentaire sur : "High Phidelity"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "High Phidelity".

ForceMajeure › lundi 29 novembre 2010 - 11:18  message privé !

Très très bon album qui épouse de nombreux styles de ME. Vivement conseillé !

Note donnée au disque :       
gkar02300 › mardi 12 février 2008 - 11:12  message privé !
Merci de ta réponse mon cher ami.
Note donnée au disque :       
Phaedream › lundi 28 janvier 2008 - 14:10  message privé !
avatar
Ouf! Qu'il y a des connaisseurs en Musique Électronique ici. J'ai posé la question à Vic Reck et il dit qu'il a composé ce titre avec Spyra. Il y a peut-être des subtilités apportées à Post Train To Bayreuth. À tout le moins assez pour le titrer Last Train To Philadelphia. Faudrait que je mette l'oreille aussi sur cette compilation de Manikin ...Je vais tenter d'en savoir plus... @+
gkar02300 › vendredi 25 janvier 2008 - 10:17  message privé !
Peux tu eclairer ma lanterne Sylvain au sujet de dernier morceau soit disant composé par Vic Rek car celui ci ressemble comme deux gouttes d'eaux à Post Train To Bayreuth paru sur la compilation Manikin First Decade. Merci.
Note donnée au disque :       
gkar02300 › jeudi 24 janvier 2008 - 20:55  message privé !
Moi je dis chef d'oeuvre et je l'assume......le prochain album doit sortir en Avril......un must sans aucun doute.....
Note donnée au disque :