Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThe The › Mind Bomb

The The › Mind Bomb

cd[46:10 | 8 titres

  • 1 Good Morning Beautiful
  • 2 Armageddon Days Are Here (Again)
  • 3 The Violence Of Truth
  • 4 Kingdom Of Rain
  • 5 The Beat(en) Generation
  • 6 August & September
  • 7 Gravitate To Me
  • 8 Beyond Love

line up

Matt Johnson (uk) (chant, guitare, claviers)

Musiciens additionnels : James Eller (basse, voix), Johnny Marr (guitare, harmonica, voix), Sinéad O'connor (chant), Dave Palmer (percussions, voix), Wix (claviers), Warne Livesey (claviers, banjo, guitare acoustique), Pandit Dinesh (percussions), Danny Cummings (percussion), Pedro Haldermann (percussion), Chris White (saxophone), Philip Todd (saxophone), Ashley Slater (trombone), John Eacott (bugle), Mark Feltham (harmonica), Danny Thompson (contrebasse), Sarah Homer (clarinette), Dai Pritchard (clarinette basse), Hilary Storer (hautbois), Gavin Wright (violon arabe), Astarti String Section (section de cordes)

chronique

La pochette verso de Mind Bomb m’avait bien tapé dans l’œil à l’époque où je l’avais déniché : on y voyait une colombe empalée sur une baïonnette. Sorte de charnière entre la new wave illuminée de Infected et les ballades folk raffinées du suivant, Mind Bomb a le parfum de l’aube en ville, de l’éveil, alors que Dusk aura davantage celui du crépuscule (sans blague). Textes lucides, satire cruelle et clins d’œil gros comme le poing à certains événements pas roses de l’époque, ainsi qu’aux religions qui saoulent pas mal Johnson, mis en musique dans une atmosphère de post-new wave d’un grand raffinement et posés sur des rythmiques tantôt jazzy tantôt pop, avec l'influence perceptible de Roxy Music par moments, des Smiths, également, évidemment. Notons quand même que la présence de Johnny Marr est discrète, peu être un peu trop à mon goût, Matt Johnson préférant miser sur les tonalités éthérées que laisser les guitares prendre les devants. La dominante des ambiances pop, les tonalités synthétiques et organiques superposées et la batterie bien mise en avant garantissent l’accroche quasi-immédiate à ce The The encore plus easy-listening que par le passé, mais toujours unique dans son feeling. Des morceaux comme le lumineux "Good Morning Beautiful" (mon préféré, sublime introduction) avec un Matt Johnson qui prend sa grosse voix terminator et des arrangements impérieux, la jolie ballade automnale "August & September", le délicat "Kingdom Of Rain", en duo avec Skinhead O’Connor, le funk possédé de "Gravitate To Me" avec son harmonica, son groove irrésistible et la voix prenante de Matt, le faussement grotesque "Armageddon Days Are Here" avec ses airs de rockabilly arabisant et ses paroles brillantes, ou le très Fab Four "The Beat(en) Generation" font le charme de cet album. Mais, malgré l'évolution palpable vers une forme d'épure sensuelle, bien malin qui peut prédire le fabuleux Dusk à venir à l’écoute de ce Mind Bomb au feeling tranquille, sage en dehors mais délicieusement subversif en dedans.

note       Publiée le mercredi 12 décembre 2007

partagez 'Mind Bomb' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Mind Bomb"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Mind Bomb".

ajoutez une note sur : "Mind Bomb"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mind Bomb".

ajoutez un commentaire sur : "Mind Bomb"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mind Bomb".

Raven › dimanche 27 mars 2016 - 03:26  message privé !
avatar

"The only path to Heaven... is via Hell". 6/6 pour celle-là.

Note donnée au disque :       
taliesin › jeudi 24 septembre 2015 - 21:28  message privé !

Mais visionnaire le gars quoi !

Note donnée au disque :       
fonfongre › jeudi 24 septembre 2015 - 20:33  message privé !

" Islaaaaam is riiiising / The Christians mobiliiiizing "

zugal21 › jeudi 3 avril 2014 - 21:04  message privé !

Allez hop. On passe de cinq à six boules.

Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 22 septembre 2012 - 14:38  message privé !
avatar

Le problème de The The, c'est que, quand je veux écouter un de ses disque, je mets toujours Dusk. Celui là a bien tourné à l'époque (c'est à dire y'a 4 ans, quoi).