Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPThe Processus › Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation

The Processus › Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation

8 titres - 58:37 min

  • 1/ The non-dialogue of inner voices
  • 2/ Primitive : the inescapable necessity of evil
  • 3/ Slave of extreme music
  • 4/ Observation of a falling world
  • 5/ Architectural conception of mental deconstruction
  • 6/ After us (The grey revolt)
  • 7/ Ultimate trip
  • Visceral white corridor
  • 8/ Of decomposition
  • fog
  • grass and water

line up

Al Slumber (artwork, programmation et voix)

chronique

Styles principaux
electro
indus
noise
Styles personnels
extratone black noise (?)

Troisième démo pour The Processus, qui cette fois met le paquet (visuels haut de gamme, titres à rallonge) pour piéger le chaland dans son cauchemar digital. Comme pour ‘To Disappear’, ça commence pied au plancher, dans ta gueule. Les dix premières secondes auront raison des non avertis ; pour les autres (amateurs de Comforter ; psychopathes notoires ; blasés de tout ; cyber-junkies ; maniaques de la chatte morte, rayez les mentions inutiles) bienvenue en enfer. Une musique électronique extrême, qui n’a pourtant strictement rien à voir avec Whitehouse, c’est possible avec cette monstrueuse orgie glaciale, à mi-chemin entre les sections les plus rapides de cybergrind et quelque chose qui ressemble à une agonie numérique perpétuelle. Le cerveau infecté de nanomachines, on observe notre propre destruction – déstructuration – à travers un chaos toujours plus riche et saturé (un bond en avant sur la variété de bruits utilisés). Après trois titres des plus agressifs, la bienséance veut que le rythme ralentisse un peu, c’est d’autant plus vrai lorsqu’à l’instar d’Al Slumber, on a constaté que la violence sonore s’opère aussi en fonction du fonctionnement du cerveau et non en fonction du volume ; ce qui donne, au résultat, un processus (tiens donc) qui offre toujours plus au tympan, le laissant se reposer tout en laissant le courant passer (‘Observaions of a falling world’) pour qu’il reste toujours attentif au carnage qui l’attend. Les quelques mélodies n’ont évidemment rien d’avenant, et se diffusent dans l’air comme un fond ambient maléfique qui n’a cure de la torture déjà en train d’opérer (‘After us (The grey revolt)’). Quelques chœurs synthétiques viennent clairsemer les titres les plus longs, et que cela soit volontaire ou non, leur mauvaise compression amène beaucoup à cette ambiance cybernétique. Les deux derniers titres d’un quart d’heure chacun prouvent que le processus fonctionne tout autant sur une plus longue durée, largement servi grâce à ces rythmiques fouillées, 50% breakcore, 50% blastbeat, et une construction non linéaire mais évolutive qui donne convère une puissance incroyable à des titres que l’on jurerait hantés. ‘Of Decomposition, fog, grass and water’ clôt l’album sur un rythme rampant et lancinant, très lent, qui aura raison du peu de libre-arbitre qui aurait survécu au massacre. ‘The Processus’ visait l’ultra-violence, il l’a déjà dépassé… que ceux qui baillent sur les Berzerker ou Whourkr jettent une oreille (avertie) dessus. (lundi 3 décembre 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation".

ajoutez une note sur : "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation".

ajoutez un commentaire sur : "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Human Soul : The exponential territory of aberration and saturation".

Wotzenknecht › jeudi 14 mai 2009 - 18:44  message privé !

nouvel opus, boucherie en vue

Note donnée au disque :       
gab › lundi 3 décembre 2007 - 20:01  message privé !
Je voulais dire que tu apprécieras peut-être plus certains morceaux avec le temps, que certaines ambiances se dévoileront... Ca m'arrive assez souvent avec des CDs, n'y voit pas une tentative desespérée de vendre mon produit... De toutes façons ma musique est moins extrême que du harsh noise and co, ça sert à rien de comparer lol
Wotzenknecht › lundi 3 décembre 2007 - 19:52  message privé !
Non, le jugement n'en est pas moins réaliste, gaby... quand tu t'envoies Sewer Election, Comforter, Mark dutroux slideshow (promis j'arrête), Whitehouse ou pour parler métal ne serait-ce que Watchmaker, SCD, Pig destroyer ou autre, ben ton disque garde sa note... Ce qui ne concerne bel et bien que ces deux démos, donc rien ne t'empêche de tenir compte (ou non) de ce jugement
Note donnée au disque :       
gab › lundi 3 décembre 2007 - 19:45  message privé !
Je ne suis pas sur de toujours saisir tes posts... Ton "on croit révé" comportait une bonne touche de cynisme ou c'était de l'humour plus léger? Je donnais quelques conseils juste pour conseiller, hein :P Pour le fait que tu ais reçu les 2 en même temps, je te répondrais: Faut apprendre à prendre du recul! J'ai pas le même but que Al, mes trucs sont plus easy listening... Alors on en reparle dans 1 an? Peut être que plus de passages t'auront parlés et infecté héhéhé
Wotzenknecht › lundi 3 décembre 2007 - 19:42  message privé !
oui chef (on croit rêver...) concernant les majuscules, faut s'adresser au webmaster [edit] je confirme pour aléatoire, dans le sens "inefficace" du terme... pas de bol, j'ai reçu les The Processus à peu près en même temps que les tiens, et ça n'a pas joué en ta faveur...
Note donnée au disque :