Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesUUntil Death Overtakes Me › Prelude to monolith

Until Death Overtakes Me › Prelude to monolith

cd | 5 titres | 68:00 min

  • 1 Prelude to monolith [02:25]
  • 2 Missing [21:45]
  • 3 Absence of life [15:21]
  • 4 Slip away [19:44]
  • 5 Marche funèbre [8:45]

enregistrement

Enregistré et mixé au Studio Templa libitina en Mai et Novembre 2002

line up

S. (Chant, Guitare, Basse, Timpani, Claviers)

chronique

Styles principaux
ambient
metal extrême
Styles secondaires
drone
Styles personnels
ambient funeral drone

A force d’essayer, il aura quand même fini par y arriver. Until death overtakes me, et plus précisément ce Prelude to monolith, c’est la principale réussite de Stijn Von Cauter : en effet, c’est sur ce disque que le belge est pour l’instant le mieux parvenu à équilibrer tous les éléments qui forgent son style. (Je fais l’impasse sur l’intro, quand même… de l’orgue, tout ça tout ça). Si on retrouve ici le coté spatial et dépouillé d’un Beyond black void, UDOM s’avère tout de même un chouia plus travaillé que les autres projets du musicien, grâce notamment à l’adjonction de percussions plus recherchées (des cymbales !) et d’un effort sur les mélodies de claviers, certes répétitives, mais qui évoluent au cours des morceaux. Et surtout, l’homme a fourni un effort de « composition » (un peu) plus poussé, avec des morceaux (un peu) plus structurés et contrastés qu’à l’accoutumée. De fait, les 3 longs pavés constituant le cœur de l’album révèlent une personnalité (un peu) plus prononcée avec des mélodies clairement identifiables, ce qui rend l’ensemble (un peu) moins hermétique, par rapport au reste de la discographie du musicien belge. Ainsi, si Missing développe sur toute sa longueur une facette assez planante, Absence of life et Slip away présentent un aspect plus typiquement Funeral / Drone, presque menaçant, avec de longues plages dépourvues de claviers et laissant une part beaucoup plus large aux guitares et aux growls particulièrement profonds… ça marche assurément beaucoup mieux. Cerise sur le gâteau, le bonhomme place en fin de disque une réinterprétation crépusculaire de la célèbre « Marche funèbre », version flûte de pan de l’espace, grésillements et piano (le genre de truc que ni JM Jarre ni Era n’auraient imaginé, c’est fou quand même), toute aussi horriblement kitsch que… funéraire… (lundi 26 novembre 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "Prelude to monolith"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Prelude to monolith".

ajoutez une note sur : "Prelude to monolith"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Prelude to monolith".

ajoutez un commentaire sur : "Prelude to monolith"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Prelude to monolith".

Spektr › mercredi 26 décembre 2007 - 14:22  message privé !
à éviter sans aucun doute !
Note donnée au disque :       
michel rocard › mercredi 28 novembre 2007 - 13:45  message privé !
Pompeux et pompant malgré quelques moments de lucidité (qui ne sont pas allés jusqu'à amputer cet album aux 3/4)
Note donnée au disque :       
yog sothoth › mardi 27 novembre 2007 - 20:37  message privé !
avatar
ptain, encore une preuve que les lecteurs de ce forum n'aiment les belges... salauds !!
Note donnée au disque :       
juj › mardi 27 novembre 2007 - 18:54  message privé !
je l'ai même pas écouté, c'est dire si c'est nul ...
Nokturnus › mardi 27 novembre 2007 - 17:57  message privé !
avatar
Daube.
Note donnée au disque :