Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLAlvin Lucier (1931) › I am sitting in a room

Alvin Lucier (1931) › I am sitting in a room

1 titres - 45:21 min

  • 1/ I am sitting in a room
  • -
  • -
  • -

enregistrement

29 et 31 octobre 1980, dans son salon, 7 Miles Avenue, Middletown, Connecticut

line up

Alvin Lucier (voix, enregistrement)

remarques

Il existe un enregistrement plus court et très antérieur (1969), disponible sur http://www.ubu.com/sound/

chronique

Styles principaux
ovni inclassable
Styles personnels
expérimental

Lorsque l’on parle d’expérimentation sonore ou de musique expérimentale, il est parfois bon de se rappeler ce qu’est vraiment une expérience. Sans me lancer dans un cours d’épistémologie, je citerai cette définition rapportée d’un article de Gilles-Gaston Granger : il s’agit à la fois de l’acceptation de données qu’un réel impose à la pensée, de la recherche active d’une réponse à des questions posées et d’un développement de procédures d’intervention dans ce réel. Ainsi donc, lorsqu’une expérience a lieu, on intervient, on interagit avec le réel pour que le phénomène (la réponse) devienne visible, tout au moins perceptible. Plus simplement dit, on marche dans le noir, les bras tendus devant soi, en acceptant ou découvrant ce que le réel cache encore à la compréhension humaine. Pour ce qui est de « I am sitting in a room », il s’agit d’une expérience sur la tonalité inhérente à chaque pièce qui, à l’instar des spectres de lumière, ne renvoie jamais tout à fait le même son. Chaque réverbération est unique, nous le savons tous depuis longtemps (les Grecs anciens connaissaient déjà par cœur les phénomènes acoustiques) mais là où toute l’œuvre d’Alvin Lucier est intéressante, c’est dans la simplicité et l’efficacité des moyens mis en œuvre pour percer les lois qui régissent l’univers des ondes. Pour ce titre, Lucier, depuis son appartement, bégaye un court texte « I am sitting in a room, different from the one you are in now, I am recording the sound of my speaking voice… » expliquant la démarche et le but visé : à la fois dans un cadre expérimental mais aussi pour cacher les imperfections de sa voix. Puis l’enregistrement est joué à nouveau, tandis qu’il est enregistré sur un autre appareil (récupérant ainsi les premières réverbérations de la pièce) et ainsi de suite, trente-deux fois, laissant peu à peu la voix se perdre dans ses propres échos, transformant par paliers successifs un enregistrement en onde (presque) pure, qui n’est autre que la signature sonore de la pièce en question. Le résultat fait surtout figure de trace de l’expérience, car celle-ci peut tout à fait être recréée ailleurs, avec à la clef un résultat unique. Une des pièces charnières d’Alvin Lucier, et une des empreintes les plus représentatives du milieu des plasticiens sonores. (vendredi 5 octobre 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "I am sitting in a room"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "I am sitting in a room".

ajoutez une note sur : "I am sitting in a room"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "I am sitting in a room".

ajoutez un commentaire sur : "I am sitting in a room"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "I am sitting in a room".

kama › mardi 2 décembre 2008 - 11:58  message privé !

trop perspicace le mec!

blub › lundi 1 décembre 2008 - 23:25  message privé !

J'ai pas écouté cette chose mais si j'ai bien compris, Tribes of Neurot n'a rien inventé avec son A Sun That Never Sets! Edit: dans la chro de Tribes of Neurots c'est écris "inspirée de l'expérience intitulée "I am sitting in a room" réalisée en 1970 par Alvin Lucier" donc...

Neocreed › lundi 1 décembre 2008 - 22:54  message privé !

E X P E R I M E N T A L . je me suis refais ce disque récemment et a chaque fois je suis bluffé par la performance de Lucier. disque potentiellement dangereux après l'écoute, on a l'impression que tout est de trop.

Note donnée au disque :       
mangetout › dimanche 7 octobre 2007 - 21:46  message privé !
Ça n'a pas l'air génial, c'est génial, on assiste presque à un mantra dont la perception se détériorerait au fur et à mesure que progresse l'oeuvre pour passer par des phases bruitistes répétitives et aboutir à un bruit pur, final d'un voyage réellement planant et impressionnant pour l'oreille et les sens... La chronique retransmet parfaitement les faits !
taliesin › vendredi 5 octobre 2007 - 22:46  message privé !
Je ne connais que la version 'courte', et je lui donne 6 boules pour l'idée !