Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIInvocator › Weave the apocalypse

Invocator › Weave the apocalypse

10 titres - 34:25 min

  • 1/ Through the nether to the sun
  • 2/ From my skull it rains
  • 3/ Desert sands
  • 4/ Condition critical
  • 5/ Breed of sin
  • 6/ Doomed to be
  • 7/ Lost at birth
  • 8/ Land of misery
  • 9/ The afterbirth
  • 10/ Weave the apocalypse

enregistrement

Elsound studios, Copenhague, Mars 93.

line up

Jacob Hansen (guitare, chant), Perle Hansen (guitares), Per Jensen (batterie), Per Jakobsen (basse)

chronique

Styles principaux
metal extrême
Styles secondaires
death metal
Styles personnels
power/thrash/death

Marrant comme avec Invocator, je m'attendais à avoir affaire à quelque chose de super classique, death ou thrash, mais sûrement pas à cette hybride power/thrash bien technique et grrovy ! (j'ai par la suite appris que leur premier album l'était bien plus, thrash/death) Invocator fait partie de cette petite scène danoise, et s'est surtout fait connaître grâce aux talents de producteurs de son guitariste jacob Hansen. Pourtant, il faut bien avouer que Invocator est loin d'être dénué d'intérêt, peut-être qu'ils étaient simplement un peu trop en avance sur leur temps, expliquant le relatif oubli de ce disque. D'ailleurs, la photo avec les gars à lunettes et le T-shirt alice in chains tranchait déjà pas mal des groupes contemporains... Stylistiquement, "Weave the apocalypse", derrière cette pochette très death metal de la grande époque, donne dans un thrash plutôt mid tempo, très technique, extrêmement riche en contre temps et riffs divers, alternant entre parties complexes qui ne sont pas sans rappeler le Carcass d'un "Necroticism" et d'autres parties bien groovy à la Pantera et toute cette scène power de l'époque. Le mix est assez réussi, les compos passant du gros thrash speed, à un death bien lourd, puis à une grosse mosh parts super saccadée.. Et nous étions en 93... Ce qui dénote d'aujourd'hui, c'est que Invocator fait tout cela avec personnalité. Oh ce n'est pas grand chose : un jeu de gratte à la Pestilence, des riffs bien groovy, des parties de batteries vraiment bien pensées, des petites transitions rappelant Atheist, des petites choses qui font se dire que bon sang, on n'a pas affaire à un disque "générique". Le truc vraiment genant malheureusement, c'est ce chant absolument abominable. Je sais pas, ils auraient pu foutre n'importe quel growls, mais pas ce chant hardcore insupportable. sur ce coup-là il a merdé le père jacob (uhuhuh). Pas de force, pas de puissance, on le sent incroyablement limité, sans la hargne d'un Pantera, sans le coffre d'un chanteur de heavy... Son timbre ne cole pas du tout en fait, dommage parce qu'un chanteur bien énervé power aurait vraiment pu tout faire péter. Mais au final, on se retrouve avec simplement un bon disque, avec une production exemplaire (y a pas un pet de travers...), un peu longuet/mou par moment mais qui se rattrappe vite grâce à sa richesse, son inventivité et son groove inaltérable... Un album qui se montre d'ailleurs toujours d'actualité et qui n'a pas pris une ride... M'en vais écouter les autres pour voir moi tiens. (vendredi 31 août 2007)

note       

ajoutez des tags sur : "Weave the apocalypse"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Weave the apocalypse".

ajoutez une note sur : "Weave the apocalypse"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Weave the apocalypse".

ajoutez un commentaire sur : "Weave the apocalypse"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Weave the apocalypse".

Brain damage › vendredi 31 août 2007 - 18:48  message privé !
vraiment un super album, ça sonne encore frais et vu le style joué c'était pas gagné, c'est vrai que le chant est un peu spécial/débile mais ça passe
Note donnée au disque :       
pokemonslaughter › vendredi 31 août 2007 - 14:22  message privé !
avatar
en tout cas pas sur ce disque, la prod' est très propre, trop peut-être, très mécanique, mais ca reste bien puissant... Je n'ai pas entendu d'autres album d'eux ceci dit, mais je peux comprendre qu'on accroche pas, j'ai eu du mal au début, puis peu à peu.. M'enfin c'est pas mon disque de chevet, c'est net.
Potters field › vendredi 31 août 2007 - 14:06  message privé !
marrant comme j'ai jamais accroché a invocator, moi. j'ai un peu oublié comment il sonnait (ça fait 11 ou 12 ans que je l'ai écouté celui-ci, alors...) mais pour moi invocator c'etait surtout un son tres tres plat. c'est un souvenir faussé ou pas, poky ?